Tourisme
Publié le - 336 aff. -

Voyage en Russie dans le Transsibérien – extrait de mon journal de Russie

Nous sommes montés dans le train à la gare de Naberejnye Tchelny cette fois-ci contrairement à l’aller où nous étions descendus à Kazan. Valera nous a pris dans ses bras les deux à la fois. Il avait des larmes aux yeux mais Anna m’avait expliqué qu’un homme russe ne doit pas pleurer. Intérieurement je me suis dit que c’était sans doute une des raisons qui font que les hommes russes boivent autant de vodka. Je lui ai répondu avec un peu d’insolence que les hommes ont un cœur eux-aussi et des sentiments qui méritent parfois qu’on verse une larme ou deux. Et puis d’abord je ne suis pas un homme russe moi et je ne bois pas de vodka. Pour le retour nous étions dans un wagon moins luxueux.

C’était parti pour 22 heures de train jusqu’à Moscou. Départ à 8 heures am jeudi, et arrivée à 6h16 am à Moscou le lendemain. En traversant l’immense fleuve Kama, j’ai aperçu les pancartes de signalisation qui indiquaient Kazan à 250 km et Moscou à 1500 km. En TGV, on aurait mis 4 ou 5 heures. Le train roulait à un rythme très lent, s’arrêtant constamment. Mais Anna était heureuse et toujours aussi indispensable à mon bien-être. Le repas était prêt en toute circonstance, son sourire et sa beauté jamais contredits. J’ai passé une bonne partie de la journée à dormir en regardant le paysage de temps à autre. J’en ai profité pour écrire mon journal. Le soir nous étions à Kazan. Je suis descendu du train pour prendre des photos de nuit de la gare au style musulman. Quand je suis revenu, la table était mise. Une fée n’aurait pu faire mieux. Nous avons bu de la bière russe et mangé du poulet avec des légumes frais.

Mon niveau de russe me permet maintenant de comprendre presque tout ce qu’elle me dit et j’arrive à exprimer presque correctement des phrases de base. J’ai appris le russe grâce des vidéos sur You Tube avec des sous-titres en russe et en français. Nous avons des conversations qui ont un sens et j’en étais ravi. Pendant la nuit il a fait une chaleur épouvantable, plus de 30 degrés sans aucun doute. Je n’arrivai pas à dormir. Vers 1 heure le matin je me suis levé pour prendre l’air frais alors que le train était en gare. Je me suis fait invectiver sans rien comprendre par une jeune femme russe extrêmement agressive qui voulait me vendre un service à thé en plastique.

J’étais tellement fatigué que je n’arrivais ni à lui répondre, ni à bouger. Je l’ai regardé sans comprendre dans la nuit. Elle semblait épuisée et détester la terre entière. Je suis retourné me coucher dans le bain russe. Anna était furieuse que je la réveille par mes allées et venues. Vers 5 heures le matin, j’étais dans un état semi-comateux quand mon commandant m’a réveillé assez brutalement je dois avouer. Je n’arrivais pas à bouger et Anna est devenue furieuse. Elle m’a envoyé à la toilette pour me laver avec un coup de pied aux fesses. Je dois avouer qu’Anna est extrêmement pointilleuse sur la propreté.

À Moscou il pleuvait à grosse goutes (+ 5 degrés). Nous avons rejoint l’appartement d’Anna en taxi. Natasha dormait encore lorsque nous sommes rentrés. Elle m’a demandé de lui parler de mon voyage dans sa ville natale et de la réaction des parents d’Anna.

La fin des vacances en Russie

J’ai réalisé le soir même que j’avais certainement attrapé la varicelle mais cela m’importait peu. J’étais vaguement déprimé et je ne savais plus très bien où j’en étais. J’ai consulté mes courriels, vaguement inquiet pour le travail. Les vacances étaient terminées. Je trouvais Anna distante mais cela aurait pu aussi bien être moi. La journée s’est déroulée tout doucement, j’ai dormi, j’étais un peu perdu. À un moment il y a eu un incident parce que je ne voulais pas donner mon journal à Anna. J’avais bien trop peur qu’un mauvais logiciel de traduction russo-français ne lui fasse faire des interprétations erronées. J’ai finalement cédé devant son énervement. Les parents d’Anna ont téléphoné, sa mère a encore pleuré au téléphone. J’ai un peu discuté météo avec son père. J’étais de plus en plus sombre.

Natasha est arrivée tard du travail, Anna avait préparé un très bon souper que j’ai dévoré. Elles avaient plein de choses à se raconter et je me suis senti un peu exclu. Je regardais les nouvelles du bureau par internet qui n’étaient pas excellente. Anna avait acheté une bouteille de vodka parfumée aux canneberges pour fêter ses retrouvailles avec Natasha. J’en ai bu un verre en me forçant. Puis je suis allé me coucher. J’étais franchement déprimé. Je me suis réveillé vers 11 heures. Les deux filles avaient vidé la bouteille, on sentait une odeur d’alcool et de cigarette. La déprime a fait place à la colère contenue. J’ai fait remarquer à Anna qu’il s’agissait de notre dernière soirée ensemble et j’ai exprimé ma réprobation pour la bouteille de vodka. Elles étaient toutes deux un peu ivre. Après m’être fait dorloter pendant deux semaines, en obéissant comme un enfant, j’ai eu envie d’exprimer clairement ma désapprobation. Il était temps de se coucher et je trouvais cette quantité d’alcool était de trop. N’avions-nous pas suffisamment bu ces derniers jours. Fallait-il en rajouter encore. Anna s’est exécutée et Natasha est partie se coucher dans sa chambre. On s’est finalement endormi serré l’un contre l’autre mais j’avais l’esprit ailleurs.

Laissez votre commentaire à propos de cet article

Les publications similaires de "Monde"

  1. 26 Mai 2017Visiter Dantxaria en famille538 aff.
  2. 7 Août 2016A la découverte du tourisme en République-Dominicaine866 aff.
  3. 11 Mars 2016A la découverte des soirées d'Ibiza avec Frederic Perece1074 aff.
  4. 22 Fév. 2016Visiter les usa en famille, les meilleurs lieux1212 aff.
  5. 16 Oct. 2015Apprendre les différentes monnaies du monde à ses enfants1221 aff.
  6. 4 Oct. 2015L'air est-il respirable en novembre en République Dominicaine ?1689 aff.